Logo de CDPDJ

Montréal, le 29 mai 2012 – Quand on est à la recherche d’un emploi dans la région de Montréal, il vaut mieux s’appeler Bélanger ou Morin que Traoré, Ben Saïd ou Salazar. À caractéristiques et à compétences égales, un candidat au patronyme québécois a au moins 60 % plus de chances d’être invité à un entretien d’embauche qu’une personne qui a un nom à consonance africaine, arabe ou latino-américaine.
C’est ce que révèle une étude réalisée par la Commission dont les résultats ont été publiés aujourd’hui. Pour télécharger l’étude : http://www.cdpdj.qc.ca/comm/COMM_testing_mai2012_Fr.pdf